BEAUTE

Tatcha Skincare, ça vaut vraiment le coup ?

Minasan Konnishiwa 🙏

Je rêve du Japon tous les jours… Je ne sais pas si je pourrai m’y rendre cette année, les voyages ne sont pas à l’ordre du jour pour moi, étant en création d’entreprise l’attention doit rester focalisée sur l’objectif principal.

J’ai, d’ailleurs, hâte de vous en parler quand mon projet professionnel sera plus abouti, c’est tout de même le thème principal de mon blog 😉

Pour l’instant j’y travaille et espère de bonnes nouvelles très vite…🙏

Mais pour l’heure c’est le moment de ma revue Tatcha… Cette marque de Skincare japonaise dont on entend de plus en plus parler en ce moment et qui, sauf erreur, n’est pas encore distribuée en France, ni par aucun site de produits de beauté en ligne…

~ La petite histoire ~

Pour vous présenter succinctement l’histoire de cette marque, on retiendra que la créatrice, Victoria Tsai, soucieuse de la composition de ses produits de beauté, a préféré, à l’occasion d’un voyage à Kyoto, revenir aux sources pour s’imprégner des rituels de beauté pure et du savoir-faire de ce riche patrimoine séculaire perpétué notamment par les Geishas mais surtout recueillis dans un livre ancestral que j’imagine précieusement conservé par ses maîtres. C’est de cette extraordinaire relique que notre chère créatrice a puisé les ingrédients nécessaires aux savantes concoctions qui ont fait preuve de leur efficacité à travers le temps, en témoignent la légendaire et traditionnelle beauté naturelle des natives du pays du soleil levant.

~ Qu’est-ce que ça vaut ? ~

Beaucoup, moi y compris, se demandent si les crèmes et autres produits de cette marque, au packaging somptueux, en valent vraiment la peine au vu du prix moyen relativement onéreux de cette gamme luxueuse. Personnellement si ceux-ci ne m’avaient pas été offerts (thanks to TheMasterclass), je n’en aurais sans doute pas eu accès de si tôt.

J’ai donc pu tester la Dewy Skin Cream composée entre autre à partir d’algues d’Okinawa, de riz noir et d’un complexe de trois super aliments anti-âge du Japon appelé Hadasei-3, ainsi que le primer The Silk Canvas constitué de fibre de soie, un veritable rituel de Geisha remis au goût du jour.

~ The Silk Canvas ~

En ce qui concerne ce primer qui se présente sous forme de cire qui va fondre au contact de la peau, celui-ci est plus efficace pour unifier le teint que mes primers en crème, sous réserve de tester celui de Laura Mercier… C’est la première fois que je teste un primer de ce type et n’ai pas réellement d’éléments de comparaison. Les primers que j’utilisais étaient souvent très siliconés et je ne les trouvais pas nécessaires à mon make-up. Là, avec le Silk Canvas, force est de constater qu’il lisse parfaitement la peau, les pores sont invisibles.

~ The Dewy Skin Cream ~

Avant de poursuivre avec la crème, il me faut préciser que la composition des produits Tatcha est tout ce qu’il y a de plus propre, vegan et cruelty-free.

Je ne vais pas prolonger le suspense outre mesure, ces produits sont aussi beaux que bons 😍. Sachez que dès les premières utilisations de la Dewy Skin Cream j’ai été absolument conquise pour plusieurs raisons.

La première et la plus importante, l’efficacité de ces produits. La crème est très hydratante, laisse un fini lumineux sans effet gras, j’ai même constaté un effet flouteur de teint, les pores et petites imperfections sont comme estompés, ce qui est toujours agréable.

La deuxième raison est que cette crème, bien que riche et destinée aux peaux sèches, a une composition à base d’eau. Ce qui est indispensable pour moi qui utilise majoritairement des fonds de teint à base d’eau.

Enfin, la troisième raison est qu’elle ne peluche pas à l’application et constitue une excellente base de maquillage. Je rencontre souvent ce problème de défaut d’absorption par ma peau de certaines crèmes ou sérums sans réellement savoir à quoi cela est dû, mais ni la Protini de Drunk Elephant ni la Dewy Skin Cream ne m’a causé ce souci.

D’ailleurs, pour poursuivre la comparaison avec ma précédente crème la Protini, je trouve que la Tatcha est aussi efficace niveau soin et hydratation mais d’un point de vue purement cosmetique, je préfère le rendu de mon maquillage avec la Tatcha, sans occulter le fait que le primer y est certainement pour quelque chose, mais néanmoins la texture plus fine de la crème Tatcha me conforte dans mon choix, quand je trouve celle de la Drunk Elephant un peu trop riche pour une crème de jour, bien qu’elle soit facilement absorbée par ma peau avec également l’effet flouteur auquel je suis maintenant habituée.

Ayant la peau mixte, j’evitais ce type d’hydratation intense le jour, mais je n’ai pas eu à deplorer plus de brillance qu’à l’accoutumée, mon teint est parfaitement hydraté et lumineux, certes je brille mais telle est la nature de ma peau.

Enfin concernant les effets anti-âge et l’action sur les rides et ridules, ayant un visage plein et les sillons très peu accentués, je ne peux pas vraiment me prononcer sur ce point, merci à un des seuls avantages de ma gourmandise 😁. Et très sincèrement je ne crois pas aux vertus anti-âge des crèmes, tout simplement car leurs principes actifs ne peuvent pas pénétrer assez profondément le derme pour agir.

~ Je rachète ou pas ? ~

Jusqu’à présent, de toutes les routines skincare que j’ai eu à tester, et que je teste sur le long terme jusqu’à épuisement du produit, c’est sans hésitation la gamme Tatcha que je rachèterai. Toutefois, je n’ai pas encore essayé le rituel de La Mer qui promet la lune et qui m’attend depuis des mois dans mes placards… Affaire à suivre.

La brume de la gamme Dewy de Tatcha me fait très envie, mais n’ayant pas prévu de voyage ni aux USA, ni au Japon dans les prochains jours, je ne vois pas comment… 😳

En revanche, si je devais racheter une gamme de soin chez Tatcha, pas de si tôt vu mon backup en attente, j’opterai pour la Water Cream qui correspondra plus à mon type de peau a priori, car elle promet une action sur le sébum. La gamme Dewy est à base d’eau également mais la Water doit l’être davange en toute logique, ce qui m’arrange car mes FDT sont généralement tous à base d’eau.

En effet, si vous préparez votre peau avec une crème hydratante composée à base d’huile et que votre fond de teint est, quant à lui, formulé à base d’eau, celui-ci risque de s’oxyder et de moins bien tenir que s’il était posé sur une base à formulation de même nature.

En conclusion,

Je ne vais vous dire qu’il faut absolument acheter cette marque de skincare pour avoir une peau merveilleuse et que si vous passiez à côté vous risqueriez de rater quelque chose d’exceptionnelle, ce serait exagérément faux. Toutefois je comprends l’engouement autour de cette marque dans les endoits du monde où elle est distribuée, mais elle est certainement pas la seule à apporter telle satisfaction.

Je suis, depuis quelques années, très attirée par la cosmétique asiatique depuis que j’avais decouvert, à l’occasion d’une escale à Séoul, les marques, La Neige, Missha, ou Iope, notamment leur excellent FDT cushion, et d’autres produits coréens qui commencent à arriver petit à petit en France et au budget beaucoup plus accessible que Tatcha

J’envisage d’ailleurs d’essayer une crème de la marque La Neige, histoire de la comparer à ma routine actuelle et de voir si ma peau la reçoit sans encombre ou si elle est définitivement résolue à snober tout ce qui coûte moins de 50 euros 😁.

Si vous avez eu l’occasion d’utiliser Tatcha n’hésitez pas à venir me dire ce que vous en pensez 🤗

Merci de m’avoir lue et à très bientôt !

Publicités
Par défaut
BEAUTE

Mario Dedivanovic’s Makeup Masterclass

Hi makeup lovers ! Hope ur doing fine…😊

Chose promise, chose due… Je viens vous faire part de mon expérience avec The Masterclass of makeup du célèbre et talentueux makeup artist Mario Dedivanovic qui s’est tenue samedi 9 février 2019 à Los Angeles.

J’ai eu la joie de passer une semaine à Los Angeles pour cette occasion.

Comme vous le savez, si vous avez pu consulter mes autres publications, ce n’est pas ma première escapade californienne. J’ai passé un agréable séjour comme d’habitude quand je me rends aux USA, je me sens vraiment comme à la maison, dans mon élément… Seul regret, ne pas y être allée avec mon mari chéri qui m’a manqué comme jamais #coeurbrise…

Bref allons à l’essentiel 😉

L’événement qui a commencé à 13 heures pour finir à 18 heures, a eu lieu dans le quartier de Downtown L.A., à l’intérieur du somptueux Orpheum Theatre tout près du Ace hôtel.

Une impressionnante file d’attente plus tard, nous avons pris place à l’intérieur dudit théâtre après distribution d’un joli carnet de notes, stylo et bouteille d’eau à l’effigie de « The Masterclass ». Goodies que j’ai d’ailleurs conservés just for the nostalgia

* * *

En guise d’avant-propos, une vidéo introductive nous présentant le parcours de Mister Mario Dedivanovic, dont je vous passe les détails, qui relate entre autres ses débuts de maquilleur et de son fulgurant succès, grâce notamment aux réseaux sociaux ayant massivement relayé ses techniques de maquillage sur la belle Kim Kardashian et son incourtournable contouring.

Pour cette session à Los Angeles particulièrement, compte tenu du lieu, nous avons eu la chance d’être en présence de deux invitées exceptionnelles et personnalités les plus influentes de la Beauty Industry, à savoir Mrs Anastasia Soare (fondatrice de la célèbre marque Anastasia Beverly Hills) et naturellement Mrs Kim Kardashian West, cette dernière ayant servi de modèle.

* * *

~ La première partie ~

La démonstration a débuté par le travail de maquillage des sourcils de Kim par Anastasia, avec ses techniques habituelles et bien sûr l’utilisation de ses produits qui sont, sans conteste, les meilleurs sur le marché, du moins pour cette partie du visage.

Personnellement, je ne commence pas par les sourcils lorsque j’exécute un makeup, tout simplement parce que ça m’obligerait à revenir dessus après les applications de correcteur, de poudre, etc. Toutefois Mario préfère commencer par les sourcils quitte à les retoucher en fin d’application de l’ensemble des étapes du makeup, cela lui permet de mieux visualiser le travail des fards, why not…

* * *

~ La performance du Maître ~

Je ne vais pas vous détailler step by step toutes les longues étapes du maquillage qu’il a réalisé et duquel j’ai pris toutes les notes nécessaires, mais je vais plutôt vous partager ce qui m’a semblé intéressant voire étonnant.

Pour cette démonstration, il a réalisé ce qu’il appelle un « Makeup Glam« , avec un smokey eye brun, un teint bronzy et des lèvres nudes… Le classique look qu’il a l’habitude de « performer« .

~ Les yeux ~

A l’instar de la majorité des maquilleurs professionnels, il commence par le travail des yeux en unifiant toute la paupière avec un correcteur crème qu’il fixe avec une poudre libre, puis il illumine l’arcade, il travaille ensuite un crayon brun en ras de cil, enfin applique un fard crème qu’il fixe avec un fard poudre d’un ton similaire…

Bien sûr, je synthétise, sa technique est vraiment très précise, il y va à tâtons et tout en légèreté. Il recommande d’appliquer la matière très progressivement avec le moins de pression possible afin de trouver l’équilibre idéal du bon dosage de la matière. Mieux vaut en mettre peu quitte à en rajouter si besoin, que trop au risque de tout gâcher.

Quant aux marques, il utilise beaucoup de produits RCMA, une marque professionnelle, ainsi que du Marc Jacobs, KKW Beauty bien sûr, ABH et également quelques marques de drogstore. Pour les marques, j’émets toutes réserves, vous vous doutez bien que de ce point de vue tout est question de sponsoring… Néanmoins RCMA est une marque référence auprès des maquilleurs du monde entier et pour avoir eu l’occasion de tester une des palettes FDT, I now know the reason why…

~ Le teint ~

C’est définitivement ce qui m’a le plus intéressée, le teint est vraiment le point essentiel du makeup, sans un teint réussi à la perfection, le reste du maquillage est sans intérêt.

Ce qui m’a interloqué dans sa préparation du teint, c’est le fait qu’il commence par appliquer un primer, en l’occurrence celui de Tatcha The Silk Canvas, avant la crème hydratante de la même marque (offerts dans le goodie bag) dans le but, selon lui, que le fond de teint accroche mieux la peau et en assure la tenue.

J’ai donc eu la curiosité d’essayer et il est vrai que le résultat est plus homogène, plus fondu, comme si vous aviez mélangé votre crème de jour à votre fond de teint en définitive. Cet ordre permet, selon moi, d’optimiser la couvrance du FDT et le naturel du fini. Quant à la tenue, je n’ai pas constaté de différence…

Après la préparation de la peau, il applique un correcteur orangé sur les zones brunes, le FDT (RCMA), anti-cernes, bronzer crème, bronzer poudre, highlight, etc…

Selon lui, il est essentiel de prendre soin de fixer la matière, notamment bien presser les matières crémeuses à l’éponge et les fixer avec une matière poudreuse.

Le travail du teint a été le plus long, ponctué d’innombrables moments quasi obsessionnels d’ « estompage » et de « tamponnage » de la matière pour assurer un résultat « peau parfaite » et sans effet de matière.

Il a poursuivi en réalisant son fameux contouring avec une démonstration de baking, highlighting et le tour était joué.

Il a enfin fini par les lèvres, fixé le tout avec une brume Tatcha avant de poser le mascara (Voluminous de l’Oréal) et quelques bouquets de cils individuels et Voilà !

En général, Mario met 1h30 environ pour réaliser un makeup pro hors démonstration.

Là, vu qu’il s’agit d’une démonstration avec participation du public, créant ainsi une interactivité avec l’artiste auquel nous pouvions poser nos questions, le temps s’est vu rallonger… Bien entendu, nous avons eu droit à quelques petites pauses et à un petit en-cas pour tenir 5 heures de cours 🤪

* * *

~ Le goodie bag ~

Très sincèrement, ce fameux goodie bag m’a encore plus motivé à traverser l’Atlantique, en plus du plaisir de me rendre aux USA.

Considérant le prix de la place Gold qui était à 499$, on peut dire que nous avons été avantagés vue la valeur du goodie bag qui dépasse le double de cette somme… Il me rembourse même mon billet d’avion ! Etant précisé qu’il y avait deux types de goodie bag, le jaune, celui des pauvres 😁 et le noir qui est plus fourni en produits et destiné à ceux qui ont acheté une place VIP à plus de 1500$

So, que contient-il ? Du makeup bien sûr, mais aussi des cosmétiques, je pense notamment à ceux de la marque japonaise Tatcha pour la plus prestigieuse. Pour le maquillage, nous avons du Laura Mercier, ABH, Hourglass, It Cosmetics, et bien d’autres marques que je n’avais jamais eu l’occasion de tester.

Je vous mets en images ci-après l’intégralité du contenu du goodie bag.

* * *

~ The Certificate of Completion ~

En sortant du Théâtre et en même temps que le lourd goodie bag, il nous a été remis un certificat de participation et d’achèvement à cet événement.

Mais bon… Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on soit makeup artist après avoir suivi une telle classe, ça participe certes utilement à enrichir ses connaissances dans cette discipline mais le plus gros reste la pratique et une solide formation classique de base.

Quant à ceux qui s’interrogent sur l’opportunité d’assister à cette masterclass, je pense que si vous aimez précisément le travail de cet artiste, son style, sa vision du glamour, et que c’est celui dont vous voulez vous inspirer professionnellement, il faut sans nul doute y assister car au au-delà de l’aspect « entertainment » d’un tel rassemblement, l’enseignement dispensé n’est vraiment pas négligeable.

* * *

En conclusion,

Ce fût une expérience très profitable à mes yeux, j’en suis ressortie enrichie par la simplicité et la technicité de ce maquilleur. Simplicité car son style à travers ses maquillages est toujours glamour, chic avec une relative sobriété quand on le compare à d’autres MUA qui exécutent des looks beaucoup plus chargés et très « colorful » qui, personnellement ne me séduisent pas, bien que j’en reconnais et salue la performance. Je suis davantage sensible à la représentation que Mario Dedivanovic a de la femme moderne et sophistiquée toute en élégance et qui consiste à sublimer la beauté naturelle de la personne qu’il a entre les mains et non pas de la déguiser en la fardant de manière outrancière. J’adhère entièrement à son approche et à sa vision de la beauté, tout en finesse et délicatesse qui se ressent même à travers ses gestes techniques.

De tous les MUA, c’est celui que je rêvais de voir « performer » pour toutes ces raisons et celui dont le style m’inspire le plus.

Petite anecdote : en rentrant à l’hôtel après cet événement j’ai eu l’occasion d’entendre des jeunes femmes un peu déçues « débrifer » et déplorer le fait que Mario ait réalisé un maquillage un peu trop simple à leur goût. Mais c’est son style ! Quand on connait un minimum le travail de ce Monsieur, il est impossible d’émettre une telle appréciation, dans la mesure où il est connu pour ses looks bronzy, nudes, glamours chics, et sophistiqués mais toujours très raffinés et sensuels. Si on veut du cutcrease à la DragQueen, il faut aller voir un Mitchell ou une Michelly Palma qui réalisent talentueusement de tels makeups.

Voilà pour mon petit compte-rendu de classe 😁. J’espère que celui-ci vous aura intéressés.

Je ne vous mets pas ici les videos que j’ai faites, leur format est beaucoup trop lourd, elles sont visibles néanmoins sur mon InstaStory pour les intéressés (samialexploratrice) 😉

Pour la suite de mes explorations, j’ai fait une courte escapade plutôt pluvieuse en Suisse en ce début de semaine, histoire de me ravitailler en bon chocolat de Pâques (#regimemaisbon), visiter Genève et aussi pour récupérer une petite commande (#shoppingsansfrontiere)…

Je vous souhaite une très bonne semaine et à très bientôt 💋

Par défaut
BEAUTE

Dyson Air Wrap, ma Revue

Hi Ladies and Gentlemen !

Aussitôt reçu, aussitôt testé, aussitôt mis en revue… Je n’en pouvais plus d’attendre ce séchoir, boucleur, styler, brosse chauffante, je ne sais comment appeler le dernier né de chez Dyson, à savoir le AIR WRAP.

Pour vous le présenter sommairement il s’agit de la deuxième génération de sèche-cheveux Dyson, succédant au premier séchoir avec la forme cylindrique qui sèche les cheveux en douceur, veillant à ne pas les abîmer grâce à une chaleur modérée mais un flux d’air puissant comme tous les moteurs Dyson.

Cette même technologie a été utilisée pour développer ce fameux Air Wrap, qui lui est composé d’un manche fourni avec plusieurs têtes ajustables selon votre envie et le coiffage que vous voulez faire.

Pour ma part, j’ai pris la complète (salade tomate oignon) avec tous les embouts disponibles, car il y a possibilité d’acheter le Air Wrap destiné à votre type de cheveux, mais ces packs contiennent moins d’embouts… Je suis trop gourmande pour ça et à 50 € près autant prendre la totale 😉. L’idéal avec ce joujou, c’est que vous pouvez tout faire avec en choisissant l’embout adapté, sécher vos cheveux, un brushing classique, un brushing « droit » avec les embouts brosses plates, des boucles plus ou moins resserrées, un brushing à la « Dynasty » avec des mouvements proches de ceux d’une mise en plis, à condition de ne pas détendre la boucle directement mais de l’enrouler entre les doigts et de la pincer quelques minutes, pour un look façon Farrah Fawcett, so old school mais tellement classe… #ringardouille.

Comme vous le voyez en image, cet appareil et ses accessoires sont présentés dans un grand étui ou plutôt une boîte en cuir cognac à intérieur velour noir. Un mariage plutôt surprenant quand l’appareil est, quant à lui, gris et fuchsia 🤨, les goûts et les couleurs… me direz-vous et après tout c’est le style Dyson… Mais quand même… ce n’est pas un aspirateur bon sang, un peu de glam quoi ! Non vraiment je n’aime pas ce look. J’aime mes tools avec une belle esthétique, avec des couleurs élégantes et coordonnées, un appareil blanc et gold par exemple, avec pourquoi pas un étui en cuir blanc cassé avec l’intérieur en velour beige, ça aurait été plus chic, n’est-ce pas ? Et pour le prix tout de même… J’aurais même préféré la sobriété d’un ensemble tout noir aux finitions chromées…

Oui je me calme, je vais faire abstraction de son physique, c’est la beauté intérieure qui compte 😂. Voyons voir ce qu’il a à nous offrir de ce côté là…

* * *

L’utilisation

Elle peut s’avérer déconcertante quand on est habitué au combo brosse/séchoir, néanmoins pour ma part, je trouve génial de ne plus avoir besoin de brosse, ça nous libère une main et on gagne en rapidité pour exécuter un brushing.

Je vous détaille les différents embouts.

La tête séchante, je l’utilise pour présécher mes cheveux avant mon brushing, mais peut servir à faire son brushing complet à l’aide d’une brosse classique.

La tête ronde à picots, c’est celle que j’utilise pour faire un brushing avec un mouvement intérieur ou extérieur.

Les deux têtes plates, une selon que vous ayez les cheveux plus ou moins fins, idéales pour un brushing minute et droit. Ce sont celles que j’utilise le plus souvent pour faire au plus vite, j’apprécie vraiment la rapidité de séchage avec ces embouts brosses, toutefois je trouve qu’elles n’attrapent pas assez bien la mèche de cheveux à lisser de sorte que je n’ai pas toute latitude pour bien la tirer et donc obtenir un lissage parfaitement net.

Les quatre têtes à boucler, il y a une paire de deux tailles différentes pour faire des boucles plus ou moins resserrées. Elles sont fournies par paires car elles sont à utiliser selon le sens de rotation à droite et à gauche. Il y a un coup de main à prendre surtout pour ces têtes-ci mais une fois assimilé ça devient easy tel un jeu d’enfant, les cheveux sont comme aimantés au boucleur ce qui facilite la prise de la mèche.

Le petit anneau cleaner, pour nettoyer et éliminer les petites poussières qui pourraient s’introduire dans le moteur.

* * *

Bref il est génial, il faut tout de même que je justifie son prix de 499€ (je n’osais pas le dire😏)…

So why I bought this expensive hairstyler :

First because, le fait qu’il soit multifonction, il va remplacer et mon sèche-cheveux, et mon boucleur, et mon lisseur.

Second because, il prend soin de mes cheveux peu importe l’embout, la chaleur n’est jamais extrême, vous ne risquez ni de les abîmer prématurément, ni de les brûler et ni de vous brûler les doigts !

Prenons, à ce propos, une minute pour être pragmatiques, considérant que lorsque nous bouclons nos cheveux avec un fer ou un lisseur, GHD ou autres, on se rend bien compte à quel point ces appareils sont d’une chaleur extrême autour de 180, 190 degrés, on n’y met pas le doigt sans se brûler, donc de ce fait, on peut mieux comprendre pourquoi nos cheveux fourchent, s’appauvrissent et cassent. Si notre peau ne supporte pas de telles températures, nos cheveux non plus…

Third because, ça rejoint les deux premiers dans la mesure où j’ai vraiment envie de prendre soin de mes cheveux, ne plus leur infliger de chaleur ou de produits trop agressifs, je pense notamment à arrêter les lissages permanents, toutes ces choses qui nous enferment dans un cercle vicieux du mieux et qu’au final, au bout du bout du bout, nous amènent à déplorer le fait que nos cheveux étaient beaucoup plus beaux avant tous ces traitements…

Fourth because, I was going to die if I hadn’t bought it ! 🤪

* * *

En conclusion,

Si vous êtes dans la même démarche que moi à savoir prioriser l’aspect soin de vos produits et outils capillaires, celui-ci vous satisfera assurément.

Si vous avez des cheveux secs, abîmés et cassants comme moi, je pense que ce type de produits peut améliorer la condition des cheveux dès lors qu’ils ne seront plus agressés par des chaleurs extrêmes. Cette considération sera à apprécier sur la durée, chose que je vous confirmerai et qui fera l’objet d’une mise à jour d’ici quelques mois d’utilisation.

En revanche, j’ignore comment il est accueilli par les personnes aux cheveux plus frisés et afro ou avec une détente moins facile que la mienne, étant précisé que j’ai une nature de cheveux fins et de type méditerranéen.

Si vous avez également fait l’acquisition d’un Dyson, n’hésitez pas à me faire part de votre expérience, je suis très intéressée par les retours concernant ce produit et tous les produits de la marque en réalité (fan des aspi aussi, le V10 me fait rêver)…

Très bonne fin de semaine et à très vite !

Par défaut
MES COUPS DE CŒUR

Où réparer son it-bag ou autre sac abîmé ?

Aujourd’hui je ne parle ni beauté, ni voyage, ni création… mais d’un coup de cœur pour un artisan, coup de cœur consécutif à une immense satisfaction pour l’Atelier Beaumarchais, situé dans le 3ème arrondissement de Paris.

Je lui ai confié mon sac à main préféré que j’avais arrêté de porter vu l’état lamentable dans lequel il s’est retrouvé à cause de frottements et contacts malheureux. C’est une pièce à laquelle je tiens amouuuuuuuuureusement, dès lors qu’il s’agit d’un classique it-bag, un beau sac de créateur dont le prix n’est pas donné… Il est en cuir beige, ma couleur préférée dont j’ai vivement regretté le choix.

En à peine trois ans, on aurait dit qu’il a fait 14-18 et 39-45 en même temps… Il a accumulé plein de traces d’usure un peu partout sans parler des anses noircies.

* * *

J’ai tendance à être plutôt « détendue » avec mes affaires, je ne suis pas du genre négligent non plus mais je porte toutes mes pièces l’esprit léger, sans stress me disant, concernant les articles luxe, qu’ils sont gages de qualité et de ce fait moins fragiles, loin s’en faut… Au vu de cette mésaventure, j’ai appris à mes dépens qu’il fallait redoubler de vigilance spécialement avec ces articles-là et leur apporter un soin bien particulier.

* * *

J’ai alors recherché des astuces sur le net pour faire disparaître ces vilaines taches, j’y ai surtout trouvé plein de trucs improbables, du genre pulvériser de la laque à cheveux… En vain, ça va sans le dire. Heureusement qu’ils n’ont pas dit d’étaler de la izzan* dessus, j’aurais été bien maline (NDA : penser à supprimer cette phrase avant publication).

Quelques clichés du avant… Pour les esthètes, ça risque de vous piquer les yeux…

Je ne sais pas comment j’ai atterri sur le site de l’Atelier Beaumarchais, toutefois je les ai contactés et ai demandé un devis qu’ils m’ont chiffré à 500 €. Oui la vérité 500 €, j’ai trouvé ça cher ! Attention, les tarifs de cet artisan sont quand même très corrects, j’ai également un autre sac un peu patiné sur les bords, le devis annoncé était autour d’une centaine d’euros. Mais mon Céline avait vraiment besoin de la totale, à savoir laquage intégral, reprise des bordures et décrassage des peaux. Ce ne sont pas les termes utilisés par le professionnel, je ne me souviens plus très bien du jargon technique mais une chose est sûre, ce sac est désormais comme neuf #satisfaction. 

* * *

Bien entendu, avant de prendre l’initiative de faire appel à un artisan extérieur, j’ai contacté la marque pour savoir si celle-ci disposait d’un atelier attitré auquel je pouvais confier mon sac. Ce n’est pas le cas, il est juste possible de faire ce qu’ils appellent un « bichonnage« , chose qui aurait été insuffisante vue la gravité de l’état « catastrofayke » dans lequel il était. Cette solution ne m’ayant pas trop bichonnée, j’ai donc été voir ailleurs si j’y étais…

L’artisan de l’Atelier Beaumarchais m’a confié que ce modèle précis de sac, à savoir le Luggage a déjà été restauré plusieurs fois dans son Atelier et que c’est dû au fait que la Maison Céline applique une fine pellicule de teinture lors du tannage des peaux servant à la confection de ce sac. Donc si vous comptez acheter ce même modèle, évitez la couleur Dune et autres couleurs pâles, à moins d’en faire très attention.

* * *

En conclusion,

Cet artisan redonne vie à tous les cuirs et autres nobles matières abîmées, si vous avez un objet de maroquinerie auquel vous tenez, n’hésitez pas à le lui confier, c’est l’adresse idéale pour sauver et restituer fraîcheur à ces pièces chères à nos portes-monnaie cœurs.

Quelques clichés « après »,

Petites astuces, je ne le porte plus sans ces bandeaux en tissu soyeux, ça évite les frottements malheureux qui noircissent les anses. Je veille également au contact du sac avec mes vêtements foncés ou le denim des jeans qui déteignent dessus et ne le porte qu’avec des vêtements clairs ou dont la matière ne peut pas déteindre.

J’espère que cet article vous aura intéressés, quand nos artisans ont du talent, il faut les mettre en lumière, d’autant plus qu’ils en ont davantage besoin que les Sephora, l’Oréal et compagnie !

Bonne fin de week-end et à très bientôt 💋

 

 

 

* nom fém. rifain désignant la crotte

Par défaut
BEAUTE

Lissage au Tanin, 6 mois après…

 

Comme annoncé en conclusion de mon article dédié au lissage au tanin ou taninoplastie, je vous fais une petite mise à jour, à un peu plus de 6 mois, pour vous faire connaître mon avis définitif sur ce traitement.

Pour rappel, cet été, j’ai utilisé le lissage Blue Gold de la marque Salvatore.

Je me réjouis de confirmer mes impressions et mon enthousiasme partagés en premier lieu. C’est vraiment le type de lissage qui me convient en comparaison avec le brésilien qui s’est avéré trop agressif pour mon type de cheveu, comme je vous l’expliquais dans mon article initial.

La seule réserve que je pourrais émettre porte sur la durée des effets de ce lissage au tanin. En effet, il m’a semblé avoir lu que ceux-ci dureraient au moins un ou deux mois de plus que le lissage brésilien, or ils se dissipent (sur moi en tout cas) tous les deux au bout de trois mois environ.

Naturellement, je prends soin d’utiliser des produits sans sulfates pour l’entretien de mes cheveux, toute l’année, peu importe si les effets du lissage aient ou non disparu.

Je précise, dès lors que j’ai effectué cette taninoplastie en période estivale, que je me suis baignée dans l’eau de mer et de piscine mais n’ai pas immergé mes cheveux tous les jours sous l’eau non plus, je les attache la plupart du temps avant de me baigner, ce qui n’empêche toutefois pas qu’ils aient été partiellement mouillés.

Je n’ai pas eu la bonne idée d’utiliser des soins protecteurs spécifiques cet été pour protéger mes cheveux, que ce soit de la chaleur, des iodes ou autre agression, chose qui est vivement recommandée par les coiffeurs, de surcroît si votre chevelure a été traitée avec un lissage quel qu’il soit.

Néanmoins, à mon retour en septembre, mon brushing était toujours facile à réaliser, mes cheveux ne frisottaient pas directement en milieu humide.

* * *

Bien que coupés récemment, la lumière du jour ne suffit plus à les faire briller de mille feux 😭

Désormais et depuis fin octobre début novembre derniers, les frisottis sont de retour, je suis obligée de sectionner mes cheveux pour avoir un brushing net, voire même de terminer avec un passage de plaques, ce qui confirme le fait que les effets du lissage au tanin ont complètement disparu.

Cependant, lorsque je compare l’état actuel de mes cheveux avec celui du « après-lissage brésilien« , il est évident que je les trouve quand même un peu moins secs et ternes qu’à cette période.

* * *

Désormais, je suis dans une réelle démarche soin, de type compléments alimentaires, soins spécifiques, bains d’huiles, éviter les lisseurs trop chauds etc. Je vous mets également en images les produits que je teste en ce moment dans ma routine capillaire, produits que j’ai attrapés à l’occasion de mon voyage aux États-Unis il y a quelques jours (et à propos duquel un article arrive bientôt🤗). Bien sûr je continue d’utiliser des shampoings sans sulfates c’est toujours plus propre niveau composition. Voilà pour ce qui est des bonnes résolutions capillaires ! Si avec tout ceci rien n’améliore l’aspect de cette grosse tignasse trop sèche, eh ben que voulez-vous… je serais bien obligée de me remettre un coup de Blue Gold ou d’envisager de les couper, à nouveau, mais moins timidement cette fois (même si maman est contre).

Complètements alimentaires en bonbons à la Biotine ( vitamine B8 idéale contre la chute des cheveux)

J’ai dormi avec ce soin à l’huile de macadamia, le lendemain j’ai ressenti une véritable hydratation (bémol : SLS 😬)

Je teste le soin Olaplex, le sérum Kiehl’s fait très bien son job et les lingettes sont sans intérêt…

Primer Bumble’n Bumble en test en lieu et place de mon spray thermoprotecteur GHD, we’ll see who’s the best…

En conclusion,

Chose certaine ; je ne reviendrai plus au lissage brésilien. Quant à la taninoplastie, j’en referais peut-être un cet été mais très sincèrement je n’en suis pas sûre. Je préfère laisser mes cheveux tranquilles dans la mesure où ce type de soin, qui n’en est pas un à proprement parler, perturbe l’équilibre naturel du cheveu. C’est pour cela que je vais insister sur le fait que si vous avez des cheveux en bonne santé, sans fourches et brillants, il est clairement inutile de vous lancer dans un lissage permanent qui est à destination de cheveux très frisés difficiles à lisser ou/et de cheveux plutôt abîmés mais qu’on ne souhaite pas couper, ça leur apporte un effet soyeux immédiat mais temporaire. C’est comme du maquillage, ça embellit mais ne soigne pas…

Entre-temps j’ai pu investir dans un bon styler multifonctions le AirWrap de Dyson, pour éviter de trop martyriser ma chevelure avec des sources de chaleur trop intenses et faire appel au lissage au tanin uniquement en ultime recours.

Je vous fais une revue sur cette merveille très vite !

Vous êtes très nombreuses tous les jours à consulter mon article sur la taninoplastie et je vous en remercie chaleureusement. J’espère avoir été assez claire et précise quant à mon avis définitif, si ce n’était pas le cas n’hésitez pas à me solliciter en commentaire, je vous répondrai avec plaisir.

Merci encore d’avoir pris le temps de me lire et n’oubliez pas de vous abonner afin d’être avertis de mes nouveaux articles en ligne.

A bientôt 💋

Par défaut
BEAUTE

Routine Teint Parfait d’Hiver

A l’occasion du black friday, après avoir fait quelques folie de ma CB, j’ai commencé une nouvelle routine teint shoppée sur Cult Beauty avec un petit discount déculpabilisateur.

La commande est arrivée extrêmement vite à peine en 48 heures ! Les anglais sont tout près mais tout de même quelle performance !

Anyway… Ce site britannique offre d’ailleurs pas mal de réductions intéressantes tout au long de l’année et surtout propose des marques connues à travers le monde mais, pour certaines, introuvables en France.

Je précise que j’ai une peau mixte à tendance grasse et que ces soins sont à adapter selon votre type de peau.

Sans transition…

I. Les soins anti-taches pigmentaires

Après avoir dit adieu à mon hâle d’été, des petites taches pigmentaires ont persisté sur mes joues et front me laissant un teint irrégulier. Un écran indice 30 n’est a priori pas suffisant pour le visage, je saurai désormais qu’il me faudra du 50 next time…

Alors que faire dans ce cas de figure ?

Si vous n’avez pas le budget pour vous faire des séances de microdermabrasion, la solution alternative reste l’acide glycolique.

J’ai donc racheté le Liquid Gold de la marque Alpha H (37€ sur CultBeauty), qui est une lotion avec un petit pourcentage d’acide glycolique (5%) que j’applique le soir sur une peau propre. C’est assurément le produit qui a sauvé ma peau. Ayant été sujette à une acné tardive qui m’avait laissé des taches sur le visage, ce produit, et avant lui, celui de la marque The Ordinary, ont contribué à éradiquer ces séquelles. Ce sont des lotions plutôt décapantes, les peaux sensibles n’en feront pas un usage quotidien. Pour ce qui est du Liquid Gold à proprement parler, il est moins concentré en acide et peut être utilisé plus régulièrement que celui de la marque The Ordinary qui est à utiliser maximum 2 à 3 fois par semaine. J’évite néanmoins d’utiliser l’un ou l’autre le jour, dès lors que ça m’obligerait à porter un indice fort de protection UV sur le visage, ce type de soin étant très photosensible (je n’utilise jamais d’acide glycolique en été ou en plein jour même si le temps est couvert, ni avant ou après une séance de dermaroller).

Transition parfaite pour vous parler du dermarooooller 😀! Il sert à faire son microneedling à domicile. Oui je vous entends me demander « mais qu’est-ce que le microneedling ? » 😁 C’est un soin en vogue en ce moment chez les esthéticiennes qui consiste à réaliser à l’aide d’un stylo électrique spécial (plus efficace que le roller à micro-aiguilles à usage domestique), des micro-perforations dans la peau afin d’en stimuler les cellules pour qu’elles produisent davantage d’élastine et de collagène. J’ai donc ressorti mon dermaroller (marque ZGTS, 0,5mm, 12,38€ sur Amazonpour booster l’efficacité des soins prodigués à mon visage. Utilisé à une fréquence de deux à trois fois par semaine, le soir, il aurait bon nombre de vertus telles que l’élimination de toutes les taches pigmentaires, des ridules, réduction des pores, favorise la circulation sanguine, agit sur la rétention d’eau, affine l’ovale du visage, participe à décupler l’efficacité des principes actifs de vos soins hydratants, sérums anti-âge, etc., en créant, à l’aide de ses micro-aiguilles, des canaux facilitant leur pénétration dans l’épiderme. Il peut être également utilisé sur le corps pour agir contre la cellulite, les vergetures et sur le cuir chevelu pour stimuler la pousse des cheveux.

Il en existe avec différentes tailles de micro-aiguilles, pour commencer il convient d’utiliser un dermaroller à 0,5mm maximum, les calibres supérieurs seront trop agressifs pour les débutants.

D’après ce que j’ai pu comprendre, la peau va réagir à cette agression infligée par le vilain dermaroller en produisant plus de collagène et d’élastine, et de ce fait la peau sera plus belle. Grosso modo quoi

Personnellement je l’ai surtout utilisé pour éliminer mes taches pigmentaires dues aux effets du soleil ou consécutives à quelques inflammations cutanées, avec un résultat très satisfaisant. J’ai également constaté que les pores de mes joues sont moins visibles.

II. Les soins contour des yeux

J’utilise actuellement le Bright Eyes de la marque Goldfaden MD (53€ sur CultBeauty) qui est un soin complet à base d’huile de jojoba et de thé rouge organique qui contient également des peptides de soja et de la vitamine K, contribuant à la réduction des cernes, ridules, gonflements du contour des yeux et à sa bonne hydratation.

Je trouve qu’il m’hydrate bien le dessous de l’œil et participe à donner rapidement un aspect moins fatigué au regard.

Je n’ai pas vraiment pu constater de réduction des ridules dès lors que ce sont plus des plis naturels sous les yeux qui ont toujours été là. Toutefois je constate que cette zone est beaucoup moins sèche donc plus lisse, ce que je peux significativement remarquer à présent lorsque je poudre mon anti-cernes.

Concernant les cernes, je ne vois pas d’amélioration, dès lors que pour mon cas, ceux-ci sont surtout dues au fait que cette région de la vallée des larmes se creusant et la peau du dessous de l’œil s’affinant, mes veines bleues sont fatalement plus visibles, et oui on ne peut pas être et avoir été… Il faut savoir qu’aucun contour de l’œil ne peut repulper cette zone qui ne peut être traiter que par injections d’acide hyaluronique pour une réelle efficacité.

Je préfère néanmoins ce soin à ceux de ma précédente routine, à savoir le contour des yeux de la gamme Smart de la marque Clinique combiné à celui de The Ordinary concentré à 5% de caféine. Ces deux derniers ont été efficaces les deux premiers mois environ, mais leurs actions respectives, hydratante et décongestionnante, se sont révélées de moins en moins notables.

Je l’ai surtout constaté en commençant ma nouvelle routine avec le soin de Goldfaden MD, dès lors que j’avais une zone de sécheresse récurrente sous les sourcils (consécutive à l’épilation au fil que j’ai arrêtée pour cette raison), qui a depuis définitivement disparue.

Cette nouvelle routine est beaucoup plus efficace du point de vue de l’hydratation et de l’action décongestionnante.

Je suis donc satisfaite du Bright Eyes de Goldfaden MD, ayant conscience que l’hydratation et la décongestion des tissus sont tout ce qu’il faut, en réalité, attendre d’un contour des yeux.

III. Crèmes de jour/nuit

J’étais vraiment très curieuse de tester les produits de la marque Drunk Elephant qui ont une très bonne réputation, grâce notamment à leur composition plutôt propre.

J’utilise la Protini de cette marque (63€ sur CultBeauty) comme crème de jour et de nuit. C’est un concentré de peptides, d’acide aminés, de machin de nénuphar, bref un cocktail de savant fou pour une peau plus forte, plus ferme et donc plus belle…

Avant cette routine, j’utilisais la Turnaround Overnight de Clinique, en crème de nuit, qui hydrate la peau de façon très satisfaisante, cependant je n’ai pas constaté d’amélioration particulière sur l’éclat du teint.

C’est vrai que depuis que j’utilise la Protini, j’ai l’impression d’avoir une peau plus  lumineuse, les traits beaucoup plus détendus et surtout un rendu du make-up beaucoup plus lisse. Cependant, je pense que je dois cette impression de bonne mine à l’ensemble des soins que j’apporte en ce moment à ma peau, dans la mesure où j’ai commencé chaque étape de cette routine en même temps.

Pour revenir au Protini, j’ai beaucoup de plaisir à l’utiliser, le contenant est extraordinairement hygiénique, un pot avec pompe, il suffit de presser pour avoir la bonne quantité de crème. Il hydrate intensément sans laisser un film trop gras sur la peau et surtout ne la fait pas pelucher ce qui permet de constituer une bonne base avant make-up. Je l’utilise de jour comme de nuit sans problème vu que l’hiver est la saison où j’ai le plus de zones de sécheresse.

Si vous alternez les soins à l’acide glycolique et des séances de dermaroller, il faudra impérativement prévoir de compléter vos soins par un sérum beaucoup plus riche afin de renforcer l’action hydratante. J’utilise toujours le EVE Serum de la marque Esthederm qui est très nourrissant et contribue à lisser et régénérer la peau en profondeur, je la recommande pour booster l’éclat des teints ternes à utiliser en cure d’un mois ponctuellement dans l’année.  Mais mon véritable coup de cœur de ma routine va pour les sérums de la marque Odacité, le Po+R (jour) et le Ac+R (nuit), qui se présentent en formule jour/nuit et que je continue à tester en espérant que son action soit toujours aussi efficace dans la durée. Il suffit de quelques gouttes ajoutées à votre crème hydratante pour en multiplier l’efficacité et nourrir significativement la peau, ce qui est idéal tout de suite après une séance nocturne de dermaroller !

Et enfin, je vais terminer ce loooonnng billet avec un autre roller ! Mon rouleau en pierres de jade (disponible sur Amazon pour moins de 20 €) que j’adore passer le matin après avoir appliqué mes soins pour bien décongestionner et lisser ma peau. C’est archi rafraîchissant, ces pierres froides défroissent et dégonflent bien les tissus congestionnés du matin, c’est une sorte de fer à repasser pour la tronche en fait 😀 ! Ça permet également, paraît-il, d’affiner les contours du visage. Et bien affaire à suivre…  Alors à vos rouleaux Mesdames !

Merci encore de me lire, mon article sur le lissage au tanin comptabilise plus de 1000 vues récentes ! Je vous annonce d’ailleurs à ce propos un update de cet article pour bientôt. Enfin et surtout j’ai très très très hâte de vous parler d’une masterclass makeup à laquelle je compte participer à l’étranger, mais… chut chut chut pour le moment…

N’hésitez pas à suivre mon Blog ici sur WordPress et sur Instagram Samialexploratrice 😉

Passez de très bonnes fêtes de fin d’année et à très bientôt !

Par défaut
BEAUTE

La Vérité sur le Microblading

Je viens aujourd’hui vous partager ce que j’ai appris sur le microblading, au lendemain de ma formation Phibrows de la PhiAcademy.

De façon liminaire, je tiens à vous donner mon avis sur le maquillage permanent pour lequel j’ai toujours été radicalement réfractaire. Je le suis d’ailleurs toujours pour ce qui est des lèvres, du liner et de la micropigmentation des sourcils (point à point). En l’état de ce que j’ai pu constater, je ne trouve pas leurs résultats à mon goût et ne considère pas que ces méthodes embellissent de façon satisfaisante dans le temps.

La seule discipline de maquillage permanent qui trouve grâce à mes yeux et que je proposerai en institut est le microblading, car le rendu est très naturel et que lorsque sa technique est maîtrisée, il fait des miracles !

I. Mes formations

J’avais déjà effectué une formation en microblading, il y a quelques années auprès d’un établissement que je ne nommerai pas, car ce que j’ai à en dire est particulièrement accablant.

Comme pour toutes les professions non réglementées, certains en profitent pour s’autoproclamer formateurs et délivrent des certificats obtenus au bout d’une journée à des élèves très sommairement formés et lâchés dans la nature. Ces centres ne servent qu’à fabriquer des serial killers de sourcils qui vont malheureusement être coupables de ratés très difficilement rattrapables.

Ayant été élève d’un tel établissement et ensuite, très récemment, d’un autre plus sérieux avec une vraie méthodologie, je peux objectivement comparer les deux enseignements, et vous conseiller d’éviter absolument les centres de formation improvisés, même s’ils respectent toutes les normes et s’ils ont de bons avis sur internet. On n’y apprend même pas le béaba le plus élémentaire. Sans parler du kit de formation qui a été, pour ma part, constitué de fournitures que j’ai pu retrouver à vil prix sur Aliexpress. A presque 900 € la formation d’un jour, vous imaginez la marge que cette formatrice peut se faire…

II. Sur le Microblading

lrm_export_422053458976545_20181206_132231386-min876764890705985421.jpeg

Cliché pris à partir de l’application de mesure Phi, on n’arrête plus le progrès…

Le microblading est une technique manuelle de maquillage permanent des sourcils dont le principe consiste à érafler superficiellement l’épiderme à l’aide d’une fine lame constituée de micro-aiguilles, pour reproduire, à l’aide de pigments, le dessin des poils de la manière la plus réaliste possible. Contrairement à la micropigmentation qui elle est mécanique et dont les aiguilles entrent profondément dans la peau, en contact du derme.

Je ne recommande vraiment pas cette dernière technique pour combler vos sourcils, ça entre trop profondément dans la peau, au contact des bulbes de vos poils et peut les endommager de façon irréversible. Il existe des cas de personnes ayant été traitées à la micropigmentation (mécanique) se plaindre de ce que leurs sourcils ne poussaient plus et cela peut en être une des causes.

Néanmoins, tout le monde n’est pas éligible au microblading, que ce soit selon votre type de peau, les traitements que vous avez déjà apportés à vos sourcils, beaucoup de facteurs vont influer sur le résultat.

III. Mon enseignement Phibrows

lrm_export_426597261017487_20181206_145546629-min2591465917271290195.jpeg

Plan de travail chirurgical

Que vous soyez futur élève ou client microblading, la seule marque et la seule académie que je vous recommande est celle de Phibrows. Certes le prix de la formation est élevé (2 500 €), mais si à l’époque de ma première formation, la Phiacademy était arrivée et accessible en France, je l’aurai choisie assurément. Il s’agit d’un enseignement d’excellence, avec un suivi et un certificat qui n’est obtenu qu’après avoir validé, sur une durée de 6 mois maximum, 12 niveaux d’apprentissage à domicile après la formation de 2 jours. C’est un métier presque artistique et dont la maîtrise ne s’acquiert pas en quelques jours.

Toutefois, j’ai appris énormément de choses en deux jours, choses qui étaient bien souvent en totale contradiction avec ce qu’on m’avait enseigné au préalable.

Je vous en donne quelques exemples…

Les peaux grasses

Les personnes ayant une peau grasse ou mixte à tendance grasse doivent veiller à solliciter une technicienne expérimentée, dès lors que ce type de peau, trop poreuse, diffuse le pigment, ce qui ne facilite pas un tracé net et précis, les traits devront être plus espacés que sur une peau normale afin d’éviter l’effet ombré.

Les peaux matures

Les personnes âgées ont la peau beaucoup plus fines, il faut donc veiller à ce que le pigment soit plus clair, même si le sujet est très brun, sur une peau fine le pigment ressort plus foncé.

Les sourcils tatoués

Il est délicat d’intervenir sur un sourcil déjà tatoué sauf si le précédent pigment était vraiment clair ou qu’il ait totalement disparu.

Dans le cas contraire, si votre ancien tatouage ou ancien microblading est toujours visible ou qu’il a un peu pâli mais qu’on le perçoit tout de même à travers vos poils, sachez que le résultat du poil à poil en recouvrement risque de ne pas être satisfaisant. La reussite d’un beau microblading depend du type de peau et surtout du fait que celle-ci soit vierge de tout traitement.

Si vous avez effectué une micropigmentation foncée qui ne s’estompe pas et que vous tenez absolument à faire un microblading, il est conseillé d’envisager une solution de détatouage.

Les crèmes anesthésiantes

Il ne faut jamais mettre de crème anesthésiante de type Emla ou autres avant une intervention de microblading, cela empêchera le pigment d’être assimilé par la peau et le diffusera de sorte que le tracé manquera de précision et le résultat ne ressemblera pas à un poil à poil mais à un ombré.

La douleur est très supportable au premier passage.

La réglementation française interdit l’utilisation d’un anesthésiant qui est pourtant nécessaire pour le confort de la clientèle, lors du second passage de lame. Un microblading se faisant en deux temps, c’est au second passage qu’une relative sensibilité se fait ressentir et nécessite un soin anesthésiant.

Cependant, la Phiacademy a développé un anesthésiant répondant aux exigences des normes françaises qui sera bientôt commercialisé chez nous.

Le microblading de comblement

Contrairement à ce que l’ont m’avait enseigné lors de ma première formation (décidément cette pauvre formatrice avait tout faux), il est impossible de réaliser un microblading sur une partie d’un sourcil pour combler un trou ou une cicatrice. Il convient d’intervenir sur l’ensemble des sourcils.

En y réfléchissant, cela a un sens dans l’hypothèse où, par malheur, un sujet perdait tous ses poils de sourcils du fait d’une maladie par exemple, le comblement effectué ferait tache et n’aurait aucun intérêt. Alors que dessinés intégralement ils pourraient toujours faire illusion.

Le détatouage

La principale solution de détatouage en France est celle au laser pratiquée chez un médecin dermatologue ou esthétique. Elle a un coût certain et nécessite plusieurs séances.

Il existe un détatouage chimique qui consiste à injecter des acides (lactiques) dans la région où l’on veut extraire le pigment. Celui-ci va être extrait non sans nécroser la peau qui va donc croûter pour cicatriser. Le souci est que cette cicatrisation se déroule plus ou moins bien selon les cas. Cette méthode, relevant de la sphère médicale, n’est pas autorisée en France néanmoins elle est proposée par des techniciennes en micropigmentation et des tatoueurs. Faites très attention si vous deviez faire appel à ce type de soin. Une mauvaise utilisation peut causer des dommages irréversibles tels que des trous dans la peau.

La Phiacademy propose, à travers le monde et bien entendu pas en France, une méthode de détatouage chimique.

Je ne vous recommande bien entendu pas de faire un détatouage chimique, mais si vous deviez le faire absolument faites le chez un médecin dermatologue pour minimiser les risques de brûlures, car lui utilisera le bon acide à savoir l’acide lactique qui est le plus naturel en l’espèce. Tous les médecins ne le pratiquent pas mais je pense que cela va bientôt changer, d’une part parce qu’on constate de plus en plus de dégâts dus aux mauvaises pratiques de la micropigmentation et d’autre part, le laser à des fins de détatouage ne s’avère pas sans conséquence sur la santé.

Voilà pour ce qui est, à mon sens, essentiel de mettre à votre connaissance avant d’envisager une telle intervention loin d’être anodine.

Je pense que le mieux est de ne rien faire que d’avoir recours à une prestation bon marché, qui apportera au mieux, peu de satisfaction et au pire, beaucoup de regrets.

Je ferai surement un article consacré uniquement à la Phiacademy dès que mon expérience sera complète et que j’aurai obtenu mon diplôme d’Artiste Phi !

Voici un avant/après sur mon modèle de formation Phibrows,

lrm_export_421934561072592_20181206_132032488-min7583346285046308937.jpeg

Avant, sourcils arrondis, asymétriques et trop épilés par le dessous

lrm_export_421823297266748_20181206_131841225-min2373681083012419237.jpeg

Après, l’image par d’elle-même…

En conclusion,

Pour les futures clientes en microblading, je n’ai qu’un seul conseil, choisissez une PhiArtist. L’enjeu est trop important pour faire des économies là-dessus, ce sont vos sourcils, si vous deviez subir un ratage il faudra attendre quelques longs mois pour voir le pigment disparaître, à des années pour une micropigmentation. Parfois le pigment ne disparaît jamais, alors réfléchissez bien et surtout allez là où l’hygiène et le résultat sont irréprochables. Pour celles qui envisagent une formation dans ce domaine, même recommandation ! J’ai eu le temps de comparer toutes les écoles et aucune n’égale la Phiacademy.

J’espère que cet article vous aura été utile et vous remercie de me lire et de suivre mon blog en enregistrant votre adresse e-mail pour ne rater aucun de mes articles.

Bonne fin de semaine et à très bientôt !

Par défaut