ART, DECO & RENO

Ma Sélection des 6 PLUS BEAUX MIROIRS Maisons du Monde

En me baladant chez Maisons du Monde récemment, je me suis dit pourquoi pas, pour mon premier billet dédié à la décoration d’intérieur, partager avec vous mes miroirs préférés de cette enseigne, à laquelle je suis fidèle depuis de nombreuses années maintenant.

J’aime beaucoup cette boutique qui mêle avec charme, design d’intérieur et voyage et où l’on trouve un beau choix de pièces aussi bien modernes et contemporaines, que classiques et intemporelles, tout ce qui était beau avant, qui l’est maintenant et le sera toujours.

C’est clair, à chaque fois que je craque sur un miroir, il vient soit de chez Maisons du Monde, soit de chez ZGallerie. Vu ma frustration de ne pouvoir me les offrir par manque de place, je vais me faire le plaisir de vous les présenter ici.

(Pour éviter les erreurs de prix en fonction des promotions, soldes, etc., je vous ai directement mis les liens cliquables sur le nom de chaque produit, pour complète information).

LE VICTORIA

Je commence par mon plus gros coup de coeur Le VICTORIA, avec ses proportions généreuses, son cadre doré mouluré et son 1m85 pour se voir de la tête aux pieds, il donnera une touche de chic français à la pièce de votre choix… Si je disposais de l’espace nécessaire, il serait déjà chez moi.

Je le vois parfaitement au-dessus d’une cheminée, au manteau en marbre noir, d’un beau salon aux murs ivoire embellis de soubassements en bois blancs.

Vous voyez un peu le style d’intérieur ? Parquet en chêne sombre, portes françaises, grande hauteur sous plafond… Mais si, comme moi, vous n’habitez pas encore un hôtel particulier pas de panique, il saura a lui seul offrir la touche de chic à votre home sweet home peu importe le style.

L’IMPERATRICE

Celui-ci est mon chouchou, L’IMPERATRICE, sur lequel j’ai jeté mon dévolu l’année dernière et qui ne cesse de me troubler chaque jour. On dirait que je parle de mon cher mari 😀 Posé au sol, il apporte, charme, profondeur et majesté aux grands comme aux plus modestes volumes. Je crois que je ne m’en séparerai jamais même si je devais complètement renouveler ma déco.

Il s’intègre parfaitement à différents styles et ambiances, moderne ou ancien, à vous de trouver le juste équilibre pour l’intégrer avec harmonie. Je le préfère dans une pièce plus épurée que ça ne l’est chez moi, même si rien ne pourrait faire de l’ombre à ce somptueux miroir d’1m61. Suspendu ou posé au sol, il saura illuminer votre pièce.

Ses moulures en bois ont le charme de l’ancien, on dirait presque une pépite chinée en brocante. Mon seul petit bémol réside dans le fait que je trouve sa patine dorée un peu fade, j’aurais eu la main plus lourde sur l’ornement. Il n’est pas à l’abris de se faire redorer (non pas le blason mais) la toison lors d’une de mes folies DIY instagramiennes, qu’en pensez-vous on le tente ?

L’ECHO

Dans un style diamétralement opposé, j’ai également succombé à l’esthétisme de ce miroir ECHO d’1m65 que j’imagine posé au sol, comme sur l’image, en fond de dressing. Si votre pièce à vivre est à dominante moderne, il saura sublimer votre entrée avec force et distinction.

Classe et efficace, j’apprécie spécialement les lignes épurées de son cadre miroir. Moderne et classique à la fois, il apportera la touche d’élégance à votre intérieur.

LE GOLDFINGER

L’accumulation de miroirs ronds de différents diamètres en séduira plus d’un. Je vois ce miroir GOLDFINGER orner le coffrage d’un escalier ou le mur d’une entrée, accroché au-dessus d’une console.

Ce n’est pas le genre de miroir sur lequel je me serais naturellement arrêtée mais, en plus de son envergure d’1m41, je trouve son design tout en rondeurs très intéressant pour contrarier un ensemble à dominante rectiligne. Si mes volumes le permettaient, il aurait parfaitement sa place pour dynamiser une décoration un peu trop sage voire dépouillée.

CELESTE

D’inspiration Louis-Philippe, les lignes sobres du miroir CELESTE en font un atout chic et charme pour embellir votre pièce avec la plus grande élégance. Je trouve que ce style de mobilier milieu XIXème continue, à travers le temps, d’apporter un joli cachet aux espaces qu’il garnit.

Son encadrement perlé se distingue avec beaucoup de classe, bien que le style Louis-Philippe ne soit pas le plus somptueux et original de l’Histoire, il demeure le plus élégant et intemporel.

Du haut de son 1m20 et 90cm de large, il n’est pas assez imposant à mon goût pour trôner fièrement dans un grand salon, je le verrais plutôt dans une chambre où ses petites proportions seront mises en valeur. C’est clairement le genre de miroir à poser au-dessus d’un petit manteau de cheminée ou d’une commode/coiffeuse de chambre.

AUGUSTINE

Dans un style un peu plus Art Déco, le miroir AUGUSTINE est d’un chic absolu. C’est exactement ce style de miroir que je voyais pour compléter ma console/coiffeuse miroir avant que je ne trouve mon triptyque dans le même design.

C’est désormais le style de miroir que j’envisagerais juxtaposé en duo au-dessus d’un meuble double vasque de salle de bain, encadrés par quelques moulures sobres et appliques en cristal argentées. Du haut de son mètre tout rond, il serait idéal pour remplir un tel office.

En conclusion,

Ces 6 merveilles seraient, volontiers, les bienvenues chez moi. Outre la beauté de la pièce, ce qui m’importe lorsque j’arrête mon choix sur l’une d’entre elles, est la notion d’intemporalité. Plus le style de l’élément de décor va traverser les décennies voire les siècles, moins il risque de me lasser.

Chez Maisons du Monde, les miroirs sont de très bonne facture et relativement bon marché, si je compare leur prix et ceux pratiqués par quelques brocanteurs auxquels j’ai eu affaire.

Voilà, j’espère enfin que ce petit guide vous aura intéressés, pour ma part j’ai pris beaucoup de plaisir à le détailler. Je pense bientôt vous faire une sélection soit de mes vases, soit des lustres et appliques qui me font rêver, toutes enseignes confondues…

Quant à vous, n’hésitez pas à venir partager les bonnes adresses de vos miroitiers préférés et abonnez-vous si vous voulez être alertés de mes prochaines publications.

A bientôt !

pub

Par défaut
ACCOMPAGNEMENT E-COMMERCE

Et pourquoi pas le E-COMMERCE ?

On parle souvent de comment dépenser son argent et si aujourd’hui on parlait de comment en faire plus ?

Je sais ce que vous vous dites (si vous me connaissez un peu), encore un nouveau domaine ?! Après le juridique, l’esthétique, l’immobilier, rejuridique… Écoutez, je suis une Exploratrice, la quête tient une place importante dans mon existence…🙃

J’avais créé ce blog à l’origine pour partager l’évolution de ma création d’entreprise, puis de l’eau a coulé, la crise sanitaire tout ça… m’a définitivement confortée dans l’idée que le contexte actuel est beaucoup trop instable pour envisager la création d’un commerce physique.

Néanmoins, je m’étais beaucoup amusée à travailler sur le business plan et la stratégie commerciale du projet que j’ai, encore une fois, failli me réorienter vers une nouvelle carrière… 😉

Puis grâce à mon blog et quelques rencontres, j’ai eu la chance de collaborer avec plusieurs sites de commerce en ligne en tant que consultante en copywriting et me suis surprise à prendre beaucoup de plaisir à élaborer des descriptions de produits. Le marketing est un domaine tellement récréatif qu’on a très peu l’impression de travailler.

QU’EST-CE QUI M’A AMMENÉ AU E-COMMERCE ?

Quand on tient un blog, pour améliorer sa communication, quelques formations ne sont pas inutiles pour y arriver. Je me suis alors renseignée sur plusieurs modules et à l’occasion de ces recherches, je suis tombée sur des choses pas très claires qui ont tout de même attisé ma curiosité et c’est là que j’ai entendu parler de différents business modèles à la mode sur le net et que j’ai eu envie de décortiquer pour percer le mythe du « One Month Millionaire « .

Comme tout le monde, quand on me promet de devenir riche, rapidement et sans effort, ça résonne toujours dans mes oreilles, chez vous aussi je pense, c’est cupide humain… Toutefois, ce qu’il faut savoir c’est qu’en réalité ces offres ne sont rien de plus que des produits marketés pour nous vendre du rêve.

Acheter une formation auprès d’un Monsieur en costume trop serré qui parle dans un français approximatif, pour vendre une formation toute aussi approximative, à un prix très peu proportionnel à son niveau d’instruction, qui pense que « la question est vite répondue« , pour ma part la réponse est toute aussi vite répondue…

LES DIFFERENTS BUSINESS MODELES DU NET

Sur les réseaux sociaux, on se fait souvent racoler par les vendeurs de formations, que ce soit du coaching en vogue depuis un bon moment, ou autres produits suivant les modèles habituels du marketing de réseau pour vendre des produits que personne ne veut, à des prix que personne n’accepterait, avec une politique de commissionnement qui n’enrichit personne, hormis celui en haut de la pyramide.

J’ai d’ailleurs été approchée par une Xème vendeuse de formation que j’ai vu arriver comme toutes les autres, gros comme une maison… Au diable la subtilité, je joue le jeu, j’écoute jusqu’au bout le discours habituel, travailler de chez soi, être son propre patron, gagner son autonomie en vendant des crèmes de perlimpinpin… Op op op, ça me rappelle de mauvais souvenirs tout ça ! Je l’interromps en lui disant que son business modèle à la Herbalife n’avait pas réussi à m’avoir à 18 ans c’est pas à mon âge que j’allais tomber dans le panneau.

Et encore, le Multi Level Marketing que me proposait cette jeune femme n’est pas le pire des modèles, car ceux-là qui pratiquent le MLM sont facilement identifiables, ils vous proposent souvent un accompagnement au-delà du virtuel, même si les méthodes de vente sont parfois limites vous avez un contact humain vers qui vous tourner en cas de besoin, le relationnel et nos petites failles émotionnelles sont les clés de leur marketing, c’est ce qui fait que ça marchera toujours, quoi qu’ils aient à vendre.

Vous avez aussi les vendeurs de formations en Dropshipping, les pires… Ils partagent leur pseudo vie de luxe sur Youtube, on se demande ce qui leur manque dans ce cas pour venir perdre leur temps sur cette plateforme, il n’y a pas mieux à faire quand on est millionnaire ? Moi j’ai plein d’idées… Leur discours est le même cloné à l’infini, « faites comme moi devenez riches en faisant du dropshipping » ou « le dropshipping c’est le seul business qui permet de s’enrichir rapidement sur le net« . Sauf que c’est faux. Le top business qui génère le plus gros chiffre d’affaire sur le net est la vente de formation en ligne et c’est pour cela que ces millionnaires tellement riches sur Youtube auront systématiquement soit une formation, soit un fichier gratuit à télécharger en fin de vidéo pour vous attraper dans leur entonnoir et vous vendre leur produit.

En général, ces requins vont mettre en place un tunnel bien ficelé pour vendre une formation composée de modules vidéo, PDF ou Podcast à acheter en promettant un accompagnement qui est en réalité très sommaire avec, pour unique interaction, une simple adresse e-mail. Ils proposent de former les gens sur des techniques de vente avec des informations dans tous les sens, dans un jargon incompréhensible pour un néophyte qui n’a jamais entendu parler de tout ça. Celui-ci va se décourager, abandonner et aura perdu 500, 1000, 2000 euros si ce n’est plus, en quelques clics inutiles sur une offre lui promettant de devenir riche en quelques jours.

Je suis sûre qu’il existe des gens qui sont satisfaits de leur formation et qui ont appris beaucoup choses sur le E-Commerce (« de la valeur » comme aiment à dire ces formateurs) et heureusement d’ailleurs, par contre des gens qui sont devenus riches grâce à ces mêmes formations, j’ai de gros doutes…

D’ailleurs, j’en parlais sur un ton beaucoup plus humoristique avec mon mari, cadre dans la finance, qui a donc une certaine expertise de ce qui génère effectivement des pépettes, et pour lui son jugement est sans appel, ces offres de formations sur le net ne sont que pure fumisterie, il appelle ça les « formations Cas-Soss » (…) « faites par des cas sociaux pour les cas sociaux« . Oui effectivement, il est très catégorique, pour ma part je serais un peu plus nuancée 😉

MAIS ALORS POURQUOI S’ESSAYER AU E-COMMERCE ?

Le commerce en ligne est ce qu’il y a de plus sûr pour se lancer dans la vente. Peu importe les aléas, quarantaine, grève, catastrophe naturelle, attaque de martiens, votre E-Shop n’en subira que peu de conséquence, sans compter le minimum d’investissement que cela demande par rapport au coût d’exploitation d’une boutique physique. Le choix est très vite fait.

Un business en ligne nécessite juste une connexion internet, une plateforme d’hébergement, un petit capital de départ, un bon copywriting et savoir flairer les besoins et ce qui plait pour générer des ventes. Vous ne deviendrez probablement pas millionnaires mais si vous réussissez à exploiter les règles de base du commerce et du marketing appliquées aux outils numériques, il y a de quoi faire des sous.

Pour avoir testé, sans grand capital de départ, juste pour jauger si l’exercice me plaisait et surtout pour tester différents canaux de vente et bien, figurez-vous que même pour une vendeuse aussi nullos que moi, j’ai effectivement réalisé quelques ventes sans embêter personne et sans mettre le paquet dans la pub.

Par contre pour se lancer sérieusement, une stratégie marketing bien élaborée, adaptée à son marché et bien sûr des heures et des heures la tête vissée dans son ordinateur seront absolument nécessaires.

LES INCONVENIENTS DU E-COMMERCE

Tout le monde n’est pas fait pour être e-commerçant, gérer une boutique en ligne et faire en sorte qu’elle vende est très difficile, déjà à cause du manque de visibilité. En effet, contrairement aux boutiques physiques visibles en pleine rue, l’E-Shop doit la créer et travailler sur son trafic pour exister et c’est là qu’une stratégie de communication est déterminante.

En revanche, si vous parvenez à gagner cette visibilité et à convertir vos prospects, votre boutique en ligne sera beaucoup plus rentable qu’une boutique physique, dans la mesure où elle est ouverte 24h/24, 7 jours/7 et que sa gestion est beaucoup plus autonome.

Cette activité, même si elle ne requière pas un énorme capital de départ, s’avère être en revanche très chronophage, car elle nécessite une grande implication où vous ne compterez pas vos heures, notamment pour mettre en place vos process liés au marketing et à la communication. Alors si vous êtes allergiques à ces domaines, n’essayez même pas.

Pour finir avec les inconvénients, je dirais qu’il vous faudra être très résilient à l’échec car on ne gagne pas du premier coup et qu’il faut essuyer pas mal de défaites pour entrevoir une réussite.

POURQUOI JE VOUS RACONTE TOUT ÇA

Je ne souhaite pas me lancer dans la formation, tout simplement parce que je n’aime pas ça. Je vous l’ai dit le marketing digital m’intéresse davantage et c’est ce à quoi je souhaite, entre autres, me consacrer.

Voir autant d’arnaques autour de ce business ne me donne vraiment pas envie de m’assimiler à ça, mais que voulez-vous y faire ? S’il y a de l’offre c’est qu’il y a de la demande, une demande de plus en plus croissante vu l’état de morosité ambiant dans lequel nous sommes économiquement. Et il va s’en vendre des « formations d’espoir« , croyez-moi…

Pour ma part, je me laisse le temps de trouver mon rythme dans cette aventure pour avoir plus de recul sur mes méthodes de travail. Dès que j’aurai un peu plus de temps, j’envisagerai certainement d’accompagner individuellement des débutants porteurs de projet E-Commerce.

Je mettrai alors à disposition, à un prix que j’estimerai le plus juste, un programme expliquant ma méthodologie, mais non sans l’avoir au préalable soumis à validation par ceux dont c’est effectivement le vrai métier.

Mon idéal serait de fédérer un petit réseau d’E-commerçants solidaires prêts à s’entraider, naturellement chacun travaillant pour soi, mais avec un bon esprit et disposés à conseiller ceux qui peinent à y arriver, afin de progresser ensemble.

Si cette démarche t’intéresse, contacte-moi par le biais de l’encart ci-dessous pour m’en dire plus sur ton projet.

A bientôt !

Par défaut