BEAUTE

La Vérité sur le Microblading

Je viens aujourd’hui vous partager ce que j’ai appris sur le microblading, au lendemain de ma formation Phibrows de la PhiAcademy.

De façon liminaire, je tiens à vous donner mon avis sur le maquillage permanent pour lequel j’ai toujours été radicalement réfractaire. Je le suis d’ailleurs toujours pour ce qui est des lèvres, du liner et de la micropigmentation des sourcils (point à point). En l’état de ce que j’ai pu constater, je ne trouve pas leurs résultats à mon goût et ne considère pas que ces méthodes embellissent de façon satisfaisante dans le temps.

La seule discipline de maquillage permanent qui trouve grâce à mes yeux et que je proposerai en institut est le microblading, car le rendu est très naturel et que lorsque sa technique est maîtrisée, il fait des miracles !

I. Mes formations

J’avais déjà effectué une formation en microblading, il y a quelques années auprès d’un établissement que je ne nommerai pas, car ce que j’ai à en dire est particulièrement accablant.

Comme pour toutes les professions non réglementées, certains en profitent pour s’autoproclamer formateurs et délivrent des certificats obtenus au bout d’une journée à des élèves très sommairement formés et lâchés dans la nature. Ces centres ne servent qu’à fabriquer des serial killers de sourcils qui vont malheureusement être coupables de ratés très difficilement rattrapables.

Ayant été élève d’un tel établissement et ensuite, très récemment, d’un autre plus sérieux avec une vraie méthodologie, je peux objectivement comparer les deux enseignements, et vous conseiller d’éviter absolument les centres de formation improvisés, même s’ils respectent toutes les normes et s’ils ont de bons avis sur internet. On n’y apprend même pas le béaba le plus élémentaire. Sans parler du kit de formation qui a été, pour ma part, constitué de fournitures que j’ai pu retrouver à vil prix sur Aliexpress. A presque 900 € la formation d’un jour, vous imaginez la marge que cette formatrice peut se faire…

II. Sur le Microblading

lrm_export_422053458976545_20181206_132231386-min876764890705985421.jpeg

Cliché pris à partir de l’application de mesure Phi, on n’arrête plus le progrès…

Le microblading est une technique manuelle de maquillage permanent des sourcils dont le principe consiste à érafler superficiellement l’épiderme à l’aide d’une fine lame constituée de micro-aiguilles, pour reproduire, à l’aide de pigments, le dessin des poils de la manière la plus réaliste possible. Contrairement à la micropigmentation qui elle est mécanique et dont les aiguilles entrent profondément dans la peau, en contact du derme.

Je ne recommande vraiment pas cette dernière technique pour combler vos sourcils, ça entre trop profondément dans la peau, au contact des bulbes de vos poils et peut les endommager de façon irréversible. Il existe des cas de personnes ayant été traitées à la micropigmentation (mécanique) se plaindre de ce que leurs sourcils ne poussaient plus et cela peut en être une des causes.

Néanmoins, tout le monde n’est pas éligible au microblading, que ce soit selon votre type de peau, les traitements que vous avez déjà apportés à vos sourcils, beaucoup de facteurs vont influer sur le résultat.

III. Mon enseignement Phibrows

lrm_export_426597261017487_20181206_145546629-min2591465917271290195.jpeg

Plan de travail chirurgical

Que vous soyez futur élève ou client microblading, la seule marque et la seule académie que je vous recommande est celle de Phibrows. Certes le prix de la formation est élevé (2 500 €), mais si à l’époque de ma première formation, la Phiacademy était arrivée et accessible en France, je l’aurai choisie assurément. Il s’agit d’un enseignement d’excellence, avec un suivi et un certificat qui n’est obtenu qu’après avoir validé, sur une durée de 6 mois maximum, 12 niveaux d’apprentissage à domicile après la formation de 2 jours. C’est un métier presque artistique et dont la maîtrise ne s’acquiert pas en quelques jours.

Toutefois, j’ai appris énormément de choses en deux jours, choses qui étaient bien souvent en totale contradiction avec ce qu’on m’avait enseigné au préalable.

Je vous en donne quelques exemples…

Les peaux grasses

Les personnes ayant une peau grasse ou mixte à tendance grasse doivent veiller à solliciter une technicienne expérimentée, dès lors que ce type de peau, trop poreuse, diffuse le pigment, ce qui ne facilite pas un tracé net et précis, les traits devront être plus espacés que sur une peau normale afin d’éviter l’effet ombré.

Les peaux matures

Les personnes âgées ont la peau beaucoup plus fines, il faut donc veiller à ce que le pigment soit plus clair, même si le sujet est très brun, sur une peau fine le pigment ressort plus foncé.

Les sourcils tatoués

Il est délicat d’intervenir sur un sourcil déjà tatoué sauf si le précédent pigment était vraiment clair ou qu’il ait totalement disparu.

Dans le cas contraire, si votre ancien tatouage ou ancien microblading est toujours visible ou qu’il a un peu pâli mais qu’on le perçoit tout de même à travers vos poils, sachez que le résultat du poil à poil en recouvrement risque de ne pas être satisfaisant. La reussite d’un beau microblading depend du type de peau et surtout du fait que celle-ci soit vierge de tout traitement.

Si vous avez effectué une micropigmentation foncée qui ne s’estompe pas et que vous tenez absolument à faire un microblading, il est conseillé d’envisager une solution de détatouage.

Les crèmes anesthésiantes

Il ne faut jamais mettre de crème anesthésiante de type Emla ou autres avant une intervention de microblading, cela empêchera le pigment d’être assimilé par la peau et le diffusera de sorte que le tracé manquera de précision et le résultat ne ressemblera pas à un poil à poil mais à un ombré.

La douleur est très supportable au premier passage.

La réglementation française interdit l’utilisation d’un anesthésiant qui est pourtant nécessaire pour le confort de la clientèle, lors du second passage de lame. Un microblading se faisant en deux temps, c’est au second passage qu’une relative sensibilité se fait ressentir et nécessite un soin anesthésiant.

Cependant, la Phiacademy a développé un anesthésiant répondant aux exigences des normes françaises qui sera bientôt commercialisé chez nous.

Le microblading de comblement

Contrairement à ce que l’ont m’avait enseigné lors de ma première formation (décidément cette pauvre formatrice avait tout faux), il est impossible de réaliser un microblading sur une partie d’un sourcil pour combler un trou ou une cicatrice. Il convient d’intervenir sur l’ensemble des sourcils.

En y réfléchissant, cela a un sens dans l’hypothèse où, par malheur, un sujet perdait tous ses poils de sourcils du fait d’une maladie par exemple, le comblement effectué ferait tache et n’aurait aucun intérêt. Alors que dessinés intégralement ils pourraient toujours faire illusion.

Le détatouage

La principale solution de détatouage en France est celle au laser pratiquée chez un médecin dermatologue ou esthétique. Elle a un coût certain et nécessite plusieurs séances.

Il existe un détatouage chimique qui consiste à injecter des acides (lactiques) dans la région où l’on veut extraire le pigment. Celui-ci va être extrait non sans nécroser la peau qui va donc croûter pour cicatriser. Le souci est que cette cicatrisation se déroule plus ou moins bien selon les cas. Cette méthode, relevant de la sphère médicale, n’est pas autorisée en France néanmoins elle est proposée par des techniciennes en micropigmentation et des tatoueurs. Faites très attention si vous deviez faire appel à ce type de soin. Une mauvaise utilisation peut causer des dommages irréversibles tels que des trous dans la peau.

La Phiacademy propose, à travers le monde et bien entendu pas en France, une méthode de détatouage chimique.

Je ne vous recommande bien entendu pas de faire un détatouage chimique, mais si vous deviez le faire absolument faites le chez un médecin dermatologue pour minimiser les risques de brûlures, car lui utilisera le bon acide à savoir l’acide lactique qui est le plus naturel en l’espèce. Tous les médecins ne le pratiquent pas mais je pense que cela va bientôt changer, d’une part parce qu’on constate de plus en plus de dégâts dus aux mauvaises pratiques de la micropigmentation et d’autre part, le laser à des fins de détatouage ne s’avère pas sans conséquence sur la santé.

Voilà pour ce qui est, à mon sens, essentiel de mettre à votre connaissance avant d’envisager une telle intervention loin d’être anodine.

Je pense que le mieux est de ne rien faire que d’avoir recours à une prestation bon marché, qui apportera au mieux, peu de satisfaction et au pire, beaucoup de regrets.

Je ferai surement un article consacré uniquement à la Phiacademy dès que mon expérience sera complète et que j’aurai obtenu mon diplôme d’Artiste Phi !

Voici un avant/après sur mon modèle de formation Phibrows,

lrm_export_421934561072592_20181206_132032488-min7583346285046308937.jpeg

Avant, sourcils arrondis, asymétriques et trop épilés par le dessous

lrm_export_421823297266748_20181206_131841225-min2373681083012419237.jpeg

Après, l’image par d’elle-même…

En conclusion,

Pour les futures clientes en microblading, je n’ai qu’un seul conseil, choisissez une PhiArtist. L’enjeu est trop important pour faire des économies là-dessus, ce sont vos sourcils, si vous deviez subir un ratage il faudra attendre quelques longs mois pour voir le pigment disparaître, à des années pour une micropigmentation. Parfois le pigment ne disparaît jamais, alors réfléchissez bien et surtout allez là où l’hygiène et le résultat sont irréprochables. Pour celles qui envisagent une formation dans ce domaine, même recommandation ! J’ai eu le temps de comparer toutes les écoles et aucune n’égale la Phiacademy.

J’espère que cet article vous aura été utile et vous remercie de me lire et de suivre mon blog en enregistrant votre adresse e-mail pour ne rater aucun de mes articles.

Bonne fin de semaine et à très bientôt !

Par défaut